Sexualité, psychose et institution

Steve Mary, infirmier, nous parlera de la question de la sexualité dans la prise en charge des personnes souffrant de psychose.

« Le 6 novembre 2012, la cour administrative d’appel condamne l’hôpital psychiatrique de Bordeaux pour avoir interdit, dans son règlement intérieur, toute relation sexuelle entre patients hospitalisés. Malgré cette décision de justice, la question de l’accès à la sexualité et du droit à l’intimité des personnes souffrant de maladies mentales est toujours d’actualité et concerne une problématique plus vaste que celle de la liberté et de l’interdit. Du « tout-sexuel », tel qu’est souvent caricaturé le discours de Freud, aux tabous personnels et institutionnels, en passant par les notions de paraphilies et de perversions, nous percevons bien que le sujet n’est pas clos.
Comment respecter ce droit fondamental à l’intimité en institution ? Finalement, faut-il laisser une place au sexuel, puisque « cela ne nous regarde pas »  ? Que faire de ces besoins, qui, parfois, ne ressemblent pas aux miens ? Qu’en est-il des personnes jugées fragiles ou des grossesses potentielles ?
Certaines expressions du désir sexuel ont longtemps été considérées comme de simples symptômes de troubles mentaux, qu’il fallait gommer. Nous tenterons, lors de cette intervention, de revenir brièvement sur l’Histoire de la psychiatre, de l’Antiquité à nos jours, dans les sociétés occidentales, et de la place de la sexualité dans cette Histoire.
A la lumière de cas cliniques, rencontrés par des soignants en psychiatrie, nous tenterons d’apporter des éléments de réponse à la question de la place de la dimension sexuelle dans les prises en charge de personne souffrant de psychoses, en institutions. »